Tell me Achilles

Ce qu’on oublie de vous dire sur l’épargne!

Dans cet article, nous allons parler un peu épargne. Il est idéal de s’y prendre dès que possible afin de lisser le risque dans le temps et profiter de l’effet des intérets cumulés. Et oui! l’épargne, c’est avant tout faire travailler son argent pour ses rêves et ses projets.

Epargner nous concerne tous en général mais ceci est encore plus vrai si vous avez une profession dont les revenues sont variables comme les entrepreneurs, freelances ou si vous êtes sans CDI comme les CDD, les intérimaires, les intermittents!

Je vous propose un petit un tour d’horizon sur les possibilités d’épargne en France aujourd’hui et trouver LA stratégie adaptée à votre état d’esprit ?

Décryptage du schmilblick de l’épargne en France

Les produits d’épargne et de placements sont … très nombreux, voire trop nombreux. Personnellement, j’aime la simplicité et j’ai pu comprendre qu’il y a 5 types d’épargne en France et que finalement, chaque type d’épargne correspond à un état d’esprit.

L’épargne de précautionLes placements pour l’avenirL’épargne immobilièreL’épargne retraiteL’épargne salariale
Court ou moyen termeMoyen ou long termeMoyen ou long termeLong termeMoyen ou long terme
Disponibilité : TotaleDisponibilité : HauteDisponibilité : ModéréDisponibilité : Très FaibleDisponibilité : Faible
Accessibilité : TotaleAccessibilité :
Totale
Accessibilité : ModéréAccessibilité : TotaleAccessibilité : Modéré
Aucun risquede très faible à élevé ( selon les supports choisis)de modéré à élevé de modéré à élevé de modéré à élevé

Explications :

  • Temporalité : réfère à la durée idéale de l’investissement.
  • Disponibilité correspond au niveau de liquidité (capacité à récuperer rapidement son argent)
  • Accessibilité correspond aux conditions d’entrée (comme le ticket d’entrée minimum ou encore les catégories sociales éligibiles) .
  • Risque définit le niveau moyen de risque.

L’épargne de précaution – Les placements à la portée de tous

BD – Achilles est un truc drôle autour autour du risque/ protection

L’épargne top sécurité, 0 risque, disponible immédiatement ce sont les livrets réglementés. Je pense qu’on en a tous un, l’exemple star étant le livret A.

Pour qui ? Ce type d’épargne est très bien si l’on ne souhaite pas prendre de risque avec son capital, si l’on a peu de visibilité sur ses revenus futurs ou si l’on a pas encore suffisamment d’économies pour assumer toutes ses charges (logement, nourriture) durant 3 mois.

Dans cette catégorie on a aussi le livret de développement durable et solidaire (LDDS), le livret d’épargne populaire (LEP), le livret jeune, le compte épargne logement (CEL), le Plan d’épargne logement (PEL), le compte à terme ou le livret bancaire non réglementé.

Ils ont à peu près  tous les mêmes caractéristiques :

  • Un taux d’intérêt faible, qui ne couvre pas l’inflation ;
  • une disponibilité immédiate pour la plupart des supports, ce qui signifie que si vous avez besoin de retirer 300€ d’un de ces livrets, vous pouvez les obtenir dans la minute ;
  • aucun risque de perte de capital, ce qui signifie que vous ne pouvez pas perdre votre mise.

Cette épargne est parfaite pour se constituer un petit coussin de précaution. En cas de problème, on pourra aller piocher de l’argent dedans. Pour financer un projet à court terme, comme des petites vacances, c’est idéal également. Si par exemple, je veux financer mon weekend à Bruxelles, je pourrais chaque mois mettre 100€ de côté et utiliser l’argent au moment propice.

Dans tous les cas, il est toujours préférable de garder son argent sur un des supports mentionnés ci-dessus plutôt que sur son compte courant.

Le plus rémunérateur des livrets est le Livret Epargne Populaire qui est à 1,25% mais il est réservé aux personnes disposant de revenus modestes.  Les banques se cachent bien d’en faire la publicité mais ne vous y trompez pas, c’est un très bon plan pour les personnes qui répondent aux conditions d’éligibilités. Notez que les CEL/PEL ne sont plus vraiment intéressant.

Le must-have du zéro risque est le fond euros, c’est un compartiment financier sur lequel le détenteur d’un contrat d’assurance vie peut investir son épargne. Il offre sécurité, disponibilité et rendement correct. La rémunération de ce placement est autour de 2%.

A titre personnel, j’ai eu la chance d’ouvrir un PEL avant 2015, ce qui m’offre un taux d’intérêt brut de 2,5%. En parallèle, j’ai également ouvert une assurance vie afin de pouvoir placer une partie de mon épargne sur des fonds euros.

Le saviez vous ? 390 milliards d’euros dormaient sur les comptes courants des Français au 1er trimestre de 2018, selon une étude publiée mi-décembre par la banque BPCE et s’appuyant sur des données de la Banque de France. La principale raison : les faibles taux d’intérêts des livrets.

Ce type d’épargne est incontournable mais si l’on souhaite aller plus loin, il existe d’autres leviers intéressants que je vais vous présenter.

L’épargne à moyen et long terme – Les placements pour l’avenir

De nombreux supports financiers permettent d’avoir un peu plus de rendement mais il faut savoir dire bonjour à la prise de risque et au revoir au capital garanti !

Pour qui ? Ces placements sont parfaits si vous souhaitez dynamiser vos investissements et valoriser votre épargne mais que vous êtes prêt à bloquer cet argent et à prendre le risque de perdre une partie de votre capital. C’est un parfait complément à l’épargne de précaution si l’on a déjà pu se constituer son “coussin” de secours !

BD – Achilles : ”Mise en scène d’Achilles qui paye son baguette en 2019 1 euro et la même en 2022 avec l’inflation il paye son pain 3 euro et où il se dit à lui même amèrement “J’aurais dû investir dans la baguette…« 

Différentes enveloppes juridiques, fiscales et financières comme l’assurance vie multisupport, le contrat de capitalisation, le compte-titre, le PEA, le PEA-PME existent pour investir dans des placements plus rémunérateurs.

J’ai une préférence pour l’assurance-vie multisupport qui offre la possibilité d’abriter des compartiments sans risque comme un fonds euros et d’autres en prise directe avec les marchés financiers (unités de compte) ou l’immobilier (SCPI ou OPCI). Sans parler des avantages fiscaux.

Au sein de ces différentes enveloppes, vous pouvez bien sûr investir en direct en Action (achat d’une part du capital d’une entreprise) et en Obligation (créance d’un organisme privé ou public). Il est également possible d’investir dans des OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) qui sont des fonds gérés par des professionnels. Il y en a pour tous les goûts : fonds en actions, fonds en obligations, fonds à formule, fonds flexibles et patrimoniaux.

Vous pouvez également investir dans des ETF (trackers) qui sont des fonds indiciels qui reproduisent la performance d’un indice, d’un secteur ou de métaux précieux comme l’or par exemple. Ils permettent aux petits portefeuilles d’avoir une exposition à des marchés autrefois réservés aux gros portefeuilles.

En parallèle des placements traditionnels, vous pouvez également vous laisser tenter à être le banquier des entreprises ou des particuliers en investissant en direct sur des plateformes de Crowdlending comme October, Younited Credit, Bolden, etc.. Les plateformes de Crowdfunding comme Lita, Wiseed ou encore Wedogood sont également une option à envisager. Elles donnent la possibilité de rentrer au capital, de prêter de l’argent ou toucher des royalties de jeunes entreprises à la recherche de financement.

L’épargne immobilière – Diversification et rentabilité à la portée de tous

BD – Achilles : Achilles parlent avec un ami et lui dit tout fière:  » je suis propriétaire de 203 bureaux professionnelles et de 10 immeubles locatifs et à lui-même: techniquement je suis pas en train de mentir…je suis juste pas le seul proprio.

On ne peut pas véritablement parler d’épargne ou de patrimoine sans passer par la case du placement pierre-papier.

Pour qui ? Ces placements sont parfaits si vous souhaitez vous lancer dans l’immobilier (la « pierre ») sans vous soucier de la gestion de ces biens immobiliers (via le « papier »). C’est un parfait complément à l’épargne de précaution si l’on a déjà pu se constituer son coussin de secours !

Beaucoup pensent à tort devoir attendre d’acheter une maison pour commencer à avoir un patrimoine immobilier. Pourtant il existe maintenant de nombreux placements qui permettent aux petits portefeuilles d’avoir une exposition à l’immobilier.

Vous avez les SIIC (Société d’investissement immobilier cotée) qui sont des fonds qui collectent l’épargne auprès d’investisseurs et ensuite achètent des biens immobiliers ou les font construire puis les gèrent.

En achetant des parts de SIIC sur les marchés boursiers, les particuliers bénéficient du rendement et de la stabilité de l’immobilier tout en profitant de la liquidité qu’offre la Bourse.

Il existe également les OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) qui permettent également d’investir dans la pierre. Ce sont des placements hybrides mélangeant immobilier et investissements financiers.

Toujours dans la même veine, les SCPI (Société civile de placement immobilier) qui permettent d’investir à 100% dans la pierre comme les SIIC mais qui sont moins liquides. Elles collectent l’épargne des particuliers puis elles investissent dans de l’immobilier professionnel (bureaux, entrepôts, murs de magasins, parkings…) ou dans immeubles locatifs (neuf ou ancien) destinées aux ménages. Une fois le parc immobilier constitué, elles choisissent le locataire, récupèrent les loyers, réalisent les travaux d’entretiens… et vous reversent chaque trimestre une quote-part des loyers.

Dans les placements immobiliers plus exotiques, on y retrouve le Crowdfunding immobilier qui consiste à financer un projet immobilier, comme la construction d’un immeuble ou la réhabilitation d’un bien locatif. Ce placement se fait par le biais de plateformes comme Lymo, Anaxago ou encore Koregraf.

De tous ces placements, il faut retenir les caractéristiques suivantes :

  • Des taux d’intérêts beaucoup plus intéressants mais qui fluctuent d’une année à l’autre, c’est surtout dans la durée que certains produits sont vraiment intéressants ;
  • Un risque de perte de capital : il est tout à fait possible de perdre une partie de son investissement ;
  • le capital investi est bloqué durant une durée déterminée mais peut-être débloqué sous certaines conditions (rachat).

Cette épargne est idéale lorsque l’on souhaite valoriser son patrimoine et diversifier ses investissements, notamment pour couvrir l’inflation qui n’est pas couverte par un livret A par exemple.

Ce type d’épargne devient intéressant lorsque l’on s’est déjà constitué un patrimoine financier relativement important et que l’on a déjà investi sur des supports sans risque.

En somme, on investit de l’argent dont on aura pas besoin dans un futur proche.

Le saviez vous ? Selon une étude Opinionway de 2017, les Français s’imaginent en premier lieu s’offrir un bien immobilier et dans une bien moindre mesure aux SCPI. Pourtant, les SCPI ont un avantage indéniable face à la location en direct : on s’affranchit de toute contrainte de gestion locative !

L’épargne retraite – Financer ses vieux jours

BD – Achilles : une mise en scène de Achilles vieux sirotant son cocktail à la plage et se disant à lui même : « j’ai envie de dire …merci à moi même! »

L’épargne retraite, c’est un peu comme les problèmes d’audition ou de problèmes de dos, on se dit que c’est encore loin. Pourtant, détrompez vous, il n’est jamais trop tôt pour préparer ses vieux jours. De plus avec le temps, vous pouvez jouer sur l’effet des intérêts accumulés et avoir des résultats très intéressants.

Pour qui ? Pour tous ceux qui espèrent vivre une retraite paisible et sereine à condition d’être prêt à bloquer une partie de leurs économies durant de très longues années.

Ici, on pense naturellement au PERP (Plan d’épargne retraite populaire) qui est destiné à la constitution d’un complément de revenus pour la retraite sous forme de rente viagère. On retrouve également le PERCO (Plan d’épargne retraite collectif) qui permet de se constituer un portefeuille de titres en vue de la retraite avec l’aide de son employeur. L’épargne peut être récupérée en rente viagère ou en capital. A noter que ce placement permet de défiscaliser votre quote-part individuelle de participation,  de vos primes d’intéressements et de bénéficier des abondements de votre employeur.

Pour les travailleurs indépendants (les commerçants, les artisans, les professions libérales, etc.), on se penchera sur le contrat Madelin qui est le cousin du PERP. Ils offrent des avantages fiscaux imbattables. Attention pour les micro-entrepreneurs, privilégiez le PERP car vous ne bénéficierez pas des mêmes avantages fiscaux.

Le saviez-vous ? Durant la phase d’épargne sur votre PERP, les sommes versées annuellement sont déductibles des revenus imposables dans la limite d’un plafond global fixé pour chaque membre d’un foyer fiscal.

L’épargne salariale – Une aubaine pour les salariés

BD – Achilles : Le boss d’Achilles qui lui dit:  » Si tu mets de l’argent …je le double » et Achilles qui répond « Ok! Deal »

Pour qui ? Ce placement est très intéressant si vous souhaitez dynamiser votre épargne en utilisant directement vos primes. Par contre, il est nécessaire que votre entreprise propose l’épargne salariale, ce n’est pas toutes les entreprise, vous devez vous renseigner. C’est un parfait complément à l’épargne de précaution si l’on a déjà pu se constituer son “coussin” de secours !

L’épargne salariale permet de se constituer et de gérer un portefeuille de titres avec l’aide de son entreprise. Les sommes versées sont bloquées pendant au moins 5 ans mais dans certains cas, il est possible de débloquer l’argent.

Je citerais le PEE, ce placement permet de défiscaliser votre quote-part individuelle de participation, de vos primes d’intéressements et de bénéficier des abondements de votre employeur. Si votre entreprise le propose, c’est un bon plan à ne pas laisser filer.

Le saviez-vous ? 324 000 entreprises proposent un dispositif d’épargne salariale, dont 319 000 entreprises de moins de 250 salariés. De plus, 10,6 millions de français en profitaient en 2018.

Vous savez maintenant LA BASE sur l’épargne !

Voilà, vous savez à présent les différentes possibilités d’épargne qui s’offrent à vous. Il y en a vraiement pour tous les goûts :

  • l’épargne sans risque et disponible ;
  • l’épargne bloquée à moyen terme et rémunératrice ;
  • l’épargne immobilière pour se lancer dans l’immobilier sans ses inconvénients ;
  • l’épargne retraite pour préparer … sa retraite !
  • et l’épargne salariale pour épargne en douceur.

Chacun fera ses choix, selon ses projets, ses revenus et son aversion au risque. L’idéal étant de diversifier ses investissements.

Maintenant, il est important de savoir bien épargner : régulièrement et efficacement. Pour cela, je vous ai préparé un article dédié : 6 techniques pour épargner comme un Lannister!